Protection collective et individuelle

Quel syndicat pour vous PROTÉGER et vous aider à mieux vivre votre travail : pour vous, pour vos familles, pour les usagères et usagers ?

Parce que nous sommes dans un établissement qui place trop souvent les chiffres avant l’humain et le Service Public, le SNU PE fait preuve de vigilance et de combativité:

 

  • À chaque évolution de l’organisation du travail,
  • Dès qu’il est nécessaire de faire respecter le droit du personnel,
  • Lorsque les conditions de travail sont menacées ou dégradées par la volonté d’imposer le tout numérique, la précarisation des emplois…
  • Pour faire respecter les accords même lorsque nous ne les avons pas signés,
  • Quand les usagères et les usagers ne sont pas respecté-es,
  • Pour garantir un accès à nos services sans discrimination territoriale ou sociale.

Le syndicalisme que nous soutenons revendique la défense collective des personnels et la protection individuelle des agents.

SUR LA DEFENSE COLLECTIVE DES PERSONNELS

La défense collective des personnels, la négociation des accords au sein de Pôle emploi, la promotion d’un Service Public protecteur des usagères et usagers.

Dans les instances représentatives, nos représentant.es agissent depuis des années pour permettre l’amélioration des conditions d’exercice à Pôle emploi. Ils travaillent pour protéger les personnels des troubles professionnels et psychosociaux auxquels exposent les orientations stratégiques de l’établissement, les organisations de travail pathogènes, et une charge de travail devenue, pour beaucoup, insupportable.
Nos élu.es se saisissent des dispositifs existants et des moyens légaux (expertises en CE et CHSCT, droit d’alerte des délégué.es du personnel, etc.) afin de préserver au mieux la santé et défendre les intérêts de toutes et tous les agent.es.

De la signature des accords… à la réalité

Pour le SNU Pôle emploi, négocier des accords de bon niveau au sein de Pôle emploi est évidemment incontournable : nos représentant.es argumentent face à la direction pour obtenir des nouveaux droits. Et nous avons toujours été force de proposition dans les négociations qui se sont déroulées ces dernières années (accord relatif à l’assurance complémentaire santé et à la prévoyance, accord classification, accord QVT, accord GPEC, accord égalité professionnelle, accord handicap, accord séniors, concertation sur la nouvelle classification agents publics).
Mais nous ne sommes signataires que lorsque ces accords ne déconstruisent pas les dispositions favorables existantes, qu’ils contiennent des dispositions améliorant de façon substantielle les droits collectifs des collègues, et quand nous disposons de garanties réelles quant à leur application.

En revanche, le SNU Pôle emploi n’est pas signataire d’accords quand ils détruisent le droit existant, parfois au nom de la seule logique budgétaire, quand ils vont à l’encontre de l’intérêt du plus grand nombre et quand ils contiennent des dispositions prétendument « ambitieuses » mais inapplicables dans la réalité. Car l’expérience démontre que le plus difficile est de veiller à l’application de ces accords au quotidien. Ce que nous avons constaté ces dernières années ne peut plus continuer : certains articles des accords (QVT, GPEC) ou de la convention collective nationale (CCN) ne sont pas appliqués.

MUTUELLE – PROMOTIONS – GPEC – SENIORS… DES EXEMPLES CONCRETS

Mutuelle

Nous avons été particulièrement actifs et porteurs de propositions dans la négociation de l’accord du 25 janvier 2016 (signé par le SNU Pôle emploi) sur la mutuelle d’établissement dont les dispositions s’appliquent depuis le 1er janvier 2017. Le SNU Pôle emploi a imposé des prestations de haut niveau en termes de garanties de frais de santé et de prévoyance et l’assurance de l’application stricte des dispositions à l’ensemble du personnel. Nous avons aussi obtenu qu’en cas d’arrêt de travail, vous soyez assuré de percevoir 100 % de votre rémunération nette, ainsi que la mise en place d’un mécanisme vous évitant d’être en rupture de versement financier sur les périodes de bascule en demi-traitement et sans traitement.

« Promotions/classification » 

le SNU Pôle emploi n’a pas signé l’accord sur la nouvelle classification. Celle-ci impose désormais le passage par la case « plan d’actions partagé » préalablement à tout recours pour non-promotion, ce qui ne permet plus d’obtenir une promotion au bout de trois ans traduisant et reconnaissant la simple maîtrise des compétences et l’expérience acquise dans le poste. Les carrières s’allongent pour tous les emplois, ce qui entraîne leur ralentissement général. Un.e conseiller.e niveau C1 mettra 50 ans pour atteindre le dernier échelon de son métier soit le niveau E4. Les conseiller.es sont les grands perdants de cette classification puisqu’aucun automatisme ne vient leur garantir un déroulement carrière.

Concernant la classification des emplois pour les agent.es publics : après avoir fait miroiter de réelles avancées statutaires au début des concertations la DG a déposé à la DGAFP (Direction Générale de l’Administration et de la Fonction Publique) un projet de décret qui scelle une réelle régression du statut des agent.es contractuels.

Le SNU Pôle emploi propose un allongement des grilles dans chaque grade pour permettre à chacun.e une évolution indiciaire jusqu’à la retraite; et l’augmentation du taux de promotion. Nous revendiquons une classification qui profite à tous les agent.es publics, reconnaissant les compétences développées sur l’ensemble de leur carrière. Nous revendiquons le respect des catégories statutaires de la fonction publique dans lesquelles les agents publics ont été recrutés ou reconnus par sélection interne.
ATTENTION : au mieux la classification pourrait être effective au 1er janvier 2020. Dans tous les cas le SNU continuera à vous informer.

Accord GPEC 

cet accord (que le SNU Pôle emploi n’a pas signé) avait principalement pour objectif la désintégration de l’activité gestion des droits (GDD). Cet appel aux agent.es en filière GDD pour qu’ils abandonnent leur métier se justifiait, selon la Direction, par la baisse prévisible de 30 % des charges pour cette filière (trajectoire GDD). Sauf que manifestement, comme nous l’avions martelé, les « prévisions » ne se sont pas réalisées, engendrant surcharge et souffrance dans les sites.

Accord « séniors »

le SNU demande un accord améliorant la situation réelle des séniors qui doit prendre en compte la pénibilité et les contraintes qu’imposent nos métiers et leurs conditions d’exécution aux agents « séniors ». Des études démontrent que les temps de récupération augmentent avec l’âge et que la fatigue arrive plus vite dans la journée. C’est pourquoi nous refusons un projet qui fixerait l’amplitude journalière au-delà de 7H30 et dénonçons toutes velléités visant à renoncer aux congés RTT pour « bénéficier » de ce pseudo accord.

SUR LA PROTECTION INDIVIDUELLE DES PERSONNELS

Accompagnement individuel pour faire respecter vos droits.

C’est dans ses actions pour « faire vivre les accords » qu’un syndicat proche des personnels démontre son utilité, sa légitimité et gagne sa crédibilité. C’est ce que le SNU Pôle emploi s’efforce de faire par l’intervention systématique de ses représentants dans les instances régionales, mais aussi dans les commissions paritaires régionales et nationales (CPNC). Car lorsque vous faites un recours, vous pensez être défendu par les syndicats soucieux de la défense des salarié.es et en premier lieu par les signataires de cet accord. Pourtant, trop souvent dans ces instances, nos représentant.es se retrouvent bien seuls face à la direction pour permettre la simple application de vos droits (promotion, GPEC) car les signataires s’emparent très peu des accords qu’ils ont pourtant signés.

Que vous puissiez vous saisir des possibilités offertes par les accords, la CCN ou les dispositions du statut public est, au SNU, notre priorité. Car 10 ans d’accords régulièrement bafoués à Pôle emploi nous conduisent à considérer certaines réalités : vous êtes trop nombreux à voir vos demandes de mutations rejetées, vos promotions écartées, vos droits à la formation ignorés. Le SNU n’a pas signé l’accord GPEC, pour autant il s’est engagé à accompagner et défendre toutes et tous les agents dans sa mise en œuvre.

Pour vous accompagner dans ces démarches, le SNU a réuni des délégué.es du personnel de chaque établissement et des membres de la CPNC ainsi que des membres de la délégation SNU à la négociation de l’accord. Ce sont eux qui siégeront à la CPNC extraordinaire spécifique GPEC.

Le droit à la mobilité pour tous

La permutation est de droit. Le SNU Pôle emploi a mis en place un site (bde.snupe.fr METTRE LIEN). Il permet à tous les personnels de Pôle emploi de diffuser leurs vœux de mutation et a pour objectif de mettre en contact celles et ceux souhaitant une mutation par permutation locale ou inter-régionale.

Le SNU revendique la mise en place d’un dispositif s’inspirant des commissions paritaires locales – réservées aux agent.es publics – pour l’ensemble du personnel.
Ces commissions paritaires organisations syndicales / employeur permettent plus de transparence dans – entres autres – les mutations grâce à des règles objectives, et une possibilité de recours. Déployées pour toutes et tous, elles seraient la seule manière d’éviter l’arbitraire et l’opacité dans la sélection des candidatures, et cela permettrait de traiter sur le même plan les candidatures publiques et privées.

Le SNU c’est aussi :
– un accompagnement individuel en cas de procédure disciplinaire ou de licenciement inaptitude professionnelle
– des actions pour préserver votre santé et l’exigence d’une médecine préventive : CRAT, CPPSS
– ….

PROTECTION DES DROITS DES USAGERES & USAGERS : ASSURANCE CHOMAGE ET CONTROLE

Assurance chômage

Les conditions d’accès à l’assurance chômage sont rendues plus dures suite aux mesures prises par décret par l’Etat pour mettre en place cette réforme qui vise à réaliser 3,9 milliards d’euros d’économies sur trois ans. Cette réforme va exclure de l’assurance chômage plus de 300 000 salarié·es parmi les plus précaires. Et notre service public risque fort de se transformer en une officine du patronat, chargée de contraindre les travailleurs privés d’emploi à accepter n’importe quel emploi précaire et mal rémunéré.

Aggravation des sanctions à l’encontre des demandeurs d’emploi.

Le SNU demande l’abrogation de ce décret générateur de misère sociale. Le SNU dénonce le glissement idéologique qui a conduit à mettre en œuvre ce nouveau barème des sanctions : l’allocation chômage est un droit légitime dans une société qui n’arrive pas à fournir du travail pour toutes et tous.

Renforcement du contrôle des chômeurs.

Le SNU réaffirme que concentrer, en une seule main, toutes les fonctions et tous les pouvoirs liés au chômage, qui vont de l’accompagnement des demandeurs d’emploi au contrôle assorti de toutes les sanctions potentielles, n’est pas sain et encore moins anodin. Et plutôt que le renforcement des contrôles, nous revendiquons le renforcement de l’accompagnement des demandeurs d’emploi dans leurs démarches dans un contexte de « marché de l’emploi » concurrentiel exacerbé.

.

Protection

Individuelle et collective

Parce que nous travaillons dans un établissement qui place trop souvent les chiffres avant l’humain et le service public, le SNU Pôle emploi fait preuve de vigilance et combativité.

Information

Utile, précise et régulière

Parce qu’un personnel qui connaît ses droits est mieux protégé,
le SNU Pôle emploi vous informe
utilement, précisément et régulièrement.

Solidarité

Plus de Justice sociale

Parce que le combat pour la justice sociale ne se nourrit pas seulement de revendications et que les questions de droits, de dignité et de liberté d’expression sont primordiales, le SNU Pôle emploi agit.

Egalité ♂♀

L’égalité est un droit

Parce que l’égalité professionnelle n’est pas acquise. Parce que les femmes sont encore victimes de violences et de sexisme ordinaire, le SNU Pôle emploi s’engage.

Protection

Individuelle et collective

Parce que nous travaillons dans un établissement qui place trop souvent les chiffres avant l’humain et le service public, le SNU Pôle emploi fait preuve de vigilance et combativité.

Information

Utile, précise et régulière

Parce qu’un personnel qui connaît ses droits est mieux protégé,
le SNU Pôle emploi vous informe
utilement, précisément et régulièrement.

Solidarité

Plus de Justice sociale

Parce que le combat pour la justice sociale ne se nourrit pas seulement de revendication et que les questions de droits, de dignité et de liberté d’expression sont primordiales, le SNU Pôle emploi agit.

Egalité ♂♀

L’égalité est un droit

Parce que l’égalité professionnelle n’est pas acquise. Parce que les femmes sont encore victimes de violences et de sexisme ordinaire, le SNU Pôle emploi s’engage.

Share This